L’avenir de la recherche d’emploi : réalité virtuelle, passeport numérique, soft skills…

La recherche d’emploi, vaste sujet qui mérite parfois que l’on s’y attarde et que l’on se pose quelques questions sur son avenir. Quelles seront les nouvelles pratiques des candidats ? En quoi les technologies à la pointe peuvent faciliter la recherche d’un travail sur le web ? Faut-il s’inquiéter ou plutôt se réjouir ? Pour apporter quelques lumières, le média qui explore le futur Usbek & Rica s’est associé au service Open innovation de Pôle emploi. Pour vous, voici ce à quoi il faut s’attendre.

Un passeport numérique contenant diplômes, certifications, formations et CV

Selon Antoine Bayle, responsable du département Open innovation chez Pôle emploi, la première nouveauté à laquelle il faut s’attendre consiste en un passeport numérique dans lequel diplômes, certifications professionnelles, CV et autres documents liés à une carrière professionnelle seront numérisés et stockés afin de faciliter l’accès aux recruteurs à ses informations.
Avec ce passeport numérique sécurisé et personnel, “la recherche d’emploi sera ainsi plus passive” puisque les candidats auront le choix d’ouvrir tout ou partie de ce dossier aux recruteurs et aux algorithmes. La postulation en un clic seulement devient de plus en plus vraie et du côté des employeurs, l’accès aux documents permettant d’évaluer la qualité d’une candidature sera plus simple que jamais.

Recherche d’emploi et montée en puissance des algorithmes

Les algorithmes font désormais partie de notre quotidien, même si nous n’en avons pas toujours conscience. Nos pratiques sur le web ont fait évoluer les technologies et les machines apprennent à une vitesse effrénée, notamment dans le domaine du recrutement et de la recherche d’emploi. Le profil du candidat à savoir ses goûts, ses préférences et ses compétences permettent de cibler des offres en CDI, CDD ou intérim qui lui correspondent. Mais cela devrait aller bien au-delà !

Les algorithmes seront bientôt capables de proposer des offres d’emploi en fonction des centres d’intérêt, de la personnalité d’un candidat ou encore des expériences professionnelles passées. L’objectif de tout cela ? Ne plus se concentrer uniquement sur les missions du poste mais se projeter sur le long terme en misant sur l’épanouissement du candidat. Antoine Bayle donne un exemple concret : “en tenant compte de mon âge, du fait que je suis sportif, plutôt sédentaire et que j’aime le calme et la nature plutôt que la ville, l’algorithme sera capable de m’aiguiller vers une offre plutôt qu’une autre”.

L’intelligence artificielle au service des candidats ?

C’est en tout cas ce qui ressort de l’étude menée par le service Open Innovation de Pôle emploi. Les assistants virtuels joueront un rôle important dans l’automatisation du processus de candidature. La rédaction de l’email à destination du recruteur, l’analyse des emplois du temps respectifs pour trouver un créneau commun afin d’organiser un entretien d’embauche ou encore les indications sur les traits de caractère à mettre en avant, voilà autant de fonctionnalités qui devraient changer notre façon de rechercher un emploi demain.

Bien évidemment, cela ne remplace pas le rôle indispensable d’un chargé de recrutement mais l’intelligence artificielle vient en appui aux pratiques existantes dans un seul objectif : rendre encore plus efficace la mise en relation entre demandeurs d’emploi et recruteurs.

Les soft skills de plus en plus importantes

Nous en parlions précédemment, les soft skills seront de plus en plus importantes pour départager des candidats et miser sur un recrutement réussi. Les raisons sont diverses, à commencer par l’évolution des métiers et la “démocratisation des tâches numériques”. Les salariés vont devoir être davantage multitâches pour répondre aux attentes des entreprises.

Pour Caroline Dias, cheffe de projet Open Innovation, “un ouvrier soudeur pourra par exemple, dans son emploi, occuper aussi la fonction d’imprimeur 3D et celle de formateur. À chaque jour de la semaine pourra correspondre un rôle différent”. Si tel est le cas, alors les diplômes seront secondaires face à deux soft skills particulièrement recherchées à savoir la polyvalence et la capacité à acquérir de nouvelles compétences.

Pour aider les salariés à atteindre les objectifs fixés par leurs employeurs, de nombreuses ressources sont d’ores et déjà existantes comme les webinars et cours en ligne (mooc), dans tous les secteurs d’activité.

La recherche d’emploi facilitée avec la réalité virtuelle ?

N’avez-vous jamais été déçu par un emploi qui, sur le papier, répondait parfaitement à vos attentes mais sur le terrain était complètement différent ? Rares sont les salariés à ne pas connaître ce sentiment qui nous oblige à prendre du recul et à se poser les bonnes questions. Si c’est difficile du côté du candidat, cela l’est tout autant pour l’employeur pour qui l’échec du processus de recrutement n’est pas sans conséquence financière et logistique.

Pour éviter cette situation, la réalité virtuelle peut être un véritable outil performant dans la recherche d’emploi. Vous ne voyez pas comment ? Voici un exemple concret expliqué par Antoine Bayle : “Mettons que je souhaite devenir aide à domicile, par exemple. Il me suffira d’enfiler un casque de réalité virtuelle pour vivre une expérience immersive : je toque à la porte, une personne âgée m’ouvre, fait tomber sa canne, je me penche pour la ramasser, mais la personne me dit que c’est bon, qu’elle peut s’en tirer toute seule. Comment est-ce que je réagis ? J’enchaîne ainsi plusieurs mises en situation différentes, qui correspondent à ce que je vais rencontrer sur le terrain, et à l’issue de cette expérience, je peux déjà me faire une meilleure idée de la réalité du métier, me rendre compte que ce n’est pas fait pour moi ou au contraire me trouver conforté dans mon choix… On peut imaginer un tel dispositif pour des métiers aussi différents que commis de cuisine ou responsable de rayon en supermarché”. De nombreux scénarios sont envisageables dans tous les corps de métiers !

Il est fort probable que d’autres technologies viendront faciliter la recherche d’emploi et le recrutement. Affaire à suivre… 😉

Sources de l’étude : Comment cherchera-t-on du travail demain ?

Recrutez avec LIP
Retour en haut