Faire la bise à ses collègues de travail, bonne ou mauvaise idée ?

Chaque matin, vous arrivez dans votre entreprise et votre premier réflexe est de saluer vos collègues. Pour quel type de bonjour optez-vous ? Si vos collègues font la bise, devez-vous également vous plier à cette pratique ? Cela dépend de plusieurs éléments. Explications.

Pourquoi faisons-nous la bise pour dire bonjour ou au revoir ?

En France, elle fait partie de notre culture, de notre patrimoine. D’ailleurs, cela ne passe jamais inaperçu pour les étrangers comme l’a si bien mis en scène l’anglais Paul Taylor dans sa vidéo intitulée « La Bise ».

Ce geste intime et physique est entré dans nos mœurs au fur et à mesure des époques. Nous avons pris l’habitude de saluer les membres de notre famille et nos amis en apposant nos lèvres sur leurs joues afin de leur signifier notre affection. Quant aux nombres de bises, cela dépend des régions, de l’éducation et parfois du lien de parenté. Par exemple, une petite-fille peut faire deux bises à sa sœur, mais quatre à ses grands-parents. Dans le Sud, trois bises sont courantes, alors qu’elles sont au nombre de deux ou quatre dans le Nord.

La bise procure un sentiment de proximité, d’affection et de confiance

Faire la bise est un geste du quotidien synonyme de proximité et d’affection vis-à-vis de la personne à qui nous faisons face. Dans le cadre du travail, c’est donc l’occasion de mettre en confiance son interlocuteur en réduisant la distance physique. Bien évidemment, cette habitude reste ancrée lorsque vous entretenez des relations amicales avec vos collègues de bureau.

Embrasser ses collègues dépend du milieu professionnel

Si rien n’empêche de faire la bise à ses collègues quel que soit le secteur d’activité dans lequel vous exercez, certains milieux professionnels sont connus pour faire de la bise une religion. C’est notamment le cas dans les métiers de la musique, de la danse ou encore de la comédie où s’embrasser (même entre hommes) représente un « rite de reconnaissance entre pairs ».

Que vous travailliez en bureau, en usine, dans l’agroalimentaire ou dans le juridique, il n’existe bien évidemment aucune interdiction concernant la pratique de la bise. L’idéal est de s’adapter à la politique de votre entreprise et aux habitudes des salariés, sans pour autant vous y plier obligatoirement si vous n’êtes pas à l’aise.

Des situations dérangeantes quand la bise dérape

En entreprise, faire la bise à vos collègues peut provoquer des situations gênantes. N’avez-vous jamais connu ce moment où vos lèvres ont dérapé sur celles de Jean-Marc ? N’avez-vous jamais reçu ou donné un coup de boule en voulant saluer Martine ? Cela peut vous faire rire ou à l’inverse, vous mettre très mal à l’aise. Il n’existe qu’une solution pour éviter cette situation :saluer vos collègues de vive voix ou avec un geste de la main.

Bisou baveux ou bisou sans bruit, faites votre choix !

Voilà un titre qui n’a fait qu’un tour dans votre tête. Vous avez forcément pensé à Gabriel, ce collègue que vous appréciez mais qui vous laisse un filet de bave après vous avoir dit bonjour. Ou à Monique, qui colle sa joue contre la vôtre mais qui ne fait pas le bruit du bisou. Ou encore à Pauline qui vous envoie une décharge électrique à chaque fois. Bref, nous avons tous notre propre manière de faire la bise et certaines sont assez dérangeantes. Courage à vous si vous y êtes confronté, vous allez difficilement pouvoir y échapper !

Embrasser ses collègues, la meilleure façon d’être malade toute l’année ?

Le Dr Frédéric Saldmann, cardiologue et nutritionniste, nous alarme : « en moyenne, une personne porte les mains à sa bouche ou au visage seize fois par heure, imaginez la prolifération [des bactéries] ! ». Cet argument loin d’être anodin devrait nous faire prendre conscience que tout au long de l’année, nous sommes porteurs de maladies contagieuses et que nous passons notre temps à toucher les mêmes objets (poignées de porte, imprimantes, machine à café, toilettes…). Nul doute qu’en lisant ces lignes, vous allez faire davantage attention à vous laver les mains avec une solution désinfectante…

Le saviez-vous ?

Un fait amusant sur l'intérim est que le terme lui-même vient du latin "interim", qui signifie "pendant ce temps". L'idée derrière l'intérim est donc de fournir une solution temporaire pendant que l'on cherche quelque chose de plus permanent. Cela reflète la nature flexible et adaptable du travail intérimaire, qui peut être une option idéale pour ceux qui cherchent des opportunités professionnelles ponctuelles ou temporaires.

Vous vous étonnez que plusieurs de vos collègues toussent en même temps ? Pas de surprise ! Faire la bise à ses collègues de travail engendre un partage de microbes conséquent. Et si l’hiver est la saison la plus propice aux rhumes, aux angines ou pathologies virales, les autres périodes de l’année ne sont pas en reste. Prenez donc vos précautions avant de poser votre joue sur celle d’un(e) autre, et assurez-vous que tout le monde est en bonne santé.

Perdre un temps précieux en faisant la bise à ses collègues de travail

Saluer ses collègues de travail tous les matins, c’est important pour bien démarrer sa journée. Mais si vous leur faites la bise et qu’ils sont nombreux, cela peut très vite vous faire perdre du temps pour réaliser vos missions.

Les « salut, ça va ? » dont la réponse est toujours « oui et toi ? » même si votre collègue va mal, font également partie de nos habitudes de langage mais contribuent (un peu) à la perte de temps. Attention, on vous voit venir : cela ne veut pas dire que vous devez arrêter de vous soucier de la santé de vos collègues ! Simplement, vous pouvez entrer dans un bureau, dire « Bonjour tout le monde ! » (avec le sourire évidemment) et passer au bureau suivant. Temps estimé : 5 secondes. Taux de satisfaction : 95% (parce qu’il y aura toujours des personnes qui tiennent à faire la bise à leurs collègues de travail et on les comprend). En suivant ces conseils, fini le retard en réunion et la perte de productivité !

Continuer de faire la bise à vos collaborateurs est-ce un signe de respect ?

Depuis votre plus tendre enfance, vous entendez vos parents vous ordonner de dire « Bonjour à la Dame et au Monsieur ! ». Vous étiez alors forcé de faire un bisou sur la joue de parfait(e)s inconnu(e)s. Et si vous aviez le malheur de refuser, vos parents avaient l’impression d’avoir failli à leur éducation.

Dans le monde professionnel, c’est un peu la même chose ; si vos collègues de travail ont l’habitude de se faire la bise et que vous refusez, ils pourront interpréter cela comme un manque de respect. A ce moment précis, vous allez devoir vous justifier en choisissant une raison valable. Votre objectif est simple : ne pas passer pour une personne mal élevée. Chacun est libre de sa décision, il suffit simplement de dire les choses poliment pour ne pas froisser vos collègues.

Quelles alternatives quand on ne veut plus faire la bise à ses collègues de travail ?

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, c’est que vous pensez que faire la bise à vos collègues de bureau n’est (peut-être) pas une bonne idée, ou que ce n’est pas la seule manière de les saluer dignement. Pour éviter d’être jugé quand vous refuserez les bisous de Martin, voici quelques alternatives saines et polies.

Le bonjour général mais amplement suffisant

A l’heure des bureaux partagés, la meilleure solution reste le coucou général. Simple, rapide et hygiénique, il vous suffit de secouer la main, en accompagnant votre geste d’un « Salut tout le monde ! ». Cela vous a pris deux secondes et vous êtes tranquille pour la journée. Vous pouvez même vous permettre de recommencer le soir avant de partir, quel luxe n’est-ce pas ?

La poignée de main, même pour les femmes !

Ce geste encore très masculin peut également convenir aux personnes qui ne sont pas contre un contact avec leurs collègues de travail mais qui préfèrent garder leurs joues pour les bisous de leurs proches. Si vous décidez de serrer la main à vos collègues, vous continuerez à perdre du temps et vous aurez du mal à instaurer ce contact, notamment si vous êtes une femme. L’avantage est que vous épargnez votre visage… mais vous n’évitez pas les microbes.

Instaurer un check plutôt que de faire la bise ?

Il n’y a pas que dans les cours de récréation que les gestes communément appelés « check » sont pratiqués. Rien ne vous empêche d’instaurer cette habitude dans votre entreprise, bien au contraire. Même si le contact des mains ne règle pas le problème d’hygiène, vous ne mettez pas à contribution une partie de votre intimité, et cela peut satisfaire tout le monde. Voilà un petit rituel sympathique auquel vous n’aviez pas pensé !

Notre conseil : choisissez un signe rapide et facile à exécuter. N’oubliez pas que dire bonjour est essentiel, mais être à l’heure à votre poste de travail l’est tout autant.

Faut-il feindre une maladie pour faire fuir vos collègues ?

Si toutes les alternatives proposées ne fonctionnent pas, la méthode infaillible reste la maladie contagieuse : rhume, angine, bouton de fièvre… Toutes les raisons sont bonnes pour que vous fassiez fuir vos collègues de bureau ! Attention cependant, si vous êtes malade toute l’année, vous risquez d’inquiéter votre responsable sur la stabilité de votre santé… Utilisez donc cette excuse avec parcimonie si vous ne voulez pas passer pour la bactérie ambulante.

Continuez à faire la bise à vos collègues de travail si le cœur vous en dit !

Nous venons d’aborder les différentes raisons qui poussent certaines personnes à privilégier un mouvement de main ou une parole plutôt qu’un contact physique pour saluer leurs collègues.

Même si les arguments sont nombreux et justifiés, ils peuvent ne pas correspondre à la vision de chaque individu. C’est pourquoi rien ne vous empêche de faire la bise à vos collègues de bureau chaque matin, comme vous avez pris l’habitude de le faire depuis plusieurs mois, voire années. Vous êtes convaincu que ce contact vous rapproche de vos compères et personne n’a jamais signalé son opposition ? Alors nous n’avons qu’une chose à dire : CONTINUEZ !

Vous cherchez un emploi près de chez vous pour (re)découvrir les joies et les peines de la vie en entreprise ? Plus de 1 500 offres sont à pourvoir en CDI, CDD et en missions de travail temporaire !

Recrutez avec LIP
Retour en haut