Le tatouage dans le monde du travail est-il le bienvenu ?

Une récente étude a été menée par nos confrères auprès de 4,5 millions candidats afin de connaître leur avis sur le port d’un tatouage dans le monde du travail. Découvrons ensemble ce que dit la loi à ce sujet.

Pourquoi les Français aiment-ils tant se faire tatouer ?

D’après les statistiques de l’IFOP, près de 20% des Français ont un tatouage et ce sont les femmes qui sont les plus nombreuses avec 21% de tatouées contre 17% pour les hommes. Pour 23% d’entre eux, il est visible car situé dans des zones du corps découvertes (main, cou, tête par exemple). Enfin, 29% des salariés tentent de cacher leur tatouage dans le monde du travail afin d’éviter les remarques et les critiques de leurs supérieurs et collègues.

A tout âge, prendre la décision de se faire tatouer n’est pas anodin. Il est indispensable de bien réfléchir aux raisons qui vous poussent à vouloir un tatouage, au motif souhaité et à l’endroit de votre corps qui recevra ce décor à l’encre. Souvent, on décide de se faire tatouer un message, un symbole, un dessin pour marquer sur sa peau une période ou un évènement important de sa vie comme la naissance d’un enfant, le décès d’un être cher, la date de rencontre avec l’être aimé… Enfin, malgré le coût élevé d’un tatouage, cette mode continue de séduire les Français.

Peut-on montrer son tatouage dans le monde du travail ?

A ce sujet, le code du travail est assez flou puisqu’aucune loi ne parle du port d’un tatouage dans le monde du travail. L’unique référence indirecte qui peut être faite au tatouage se trouve dans un article précisant “qu’aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire en raison de son apparence physique”. Si l’on en croit ces mots, une personne tatouée peut alors exercer tous les métiers sans crainte.

En tant que salarié, vous pouvez prendre vous-même la décision de ne pas montrer votre tatouage au travail. Le choix vous appartient et ne pourra pas vous être reproché. A l’inverse, si vous préférez l’assumer complètement en le rendant visible, vous avez tout à fait le droit… ou presque.

Un employeur peut-il imposer à son salarié de masquer son tatouage dans le monde du travail ?

Selon un sondage réalisé par le Snat (syndicat national des artistes tatoueurs), 43% des tatouages sont situés dans des zones visibles comme le visage, les mains ou bien le cou. L’emplacement de ces tattoos peut alors déranger un employeur. Dans ce cas, il a le droit de demander à son employé de cacher le tatouage tout en justifiant sa demande.

Montrer son tatouage dans le monde du travail peut être problématique dans certains secteurs d’activité et pour certains postes. Par exemple, chez Air France, le règlement de l’entreprise précise que “le tatouage ne doit pas être apparent quand l’uniforme est porté”. Les salariés doivent alors trouver des astuces pour les masquer (collants foncés, pansements, manches longues…). De son côté, un employeur lui-même peut porter un ou plusieurs tatouages sur son corps. Qu’ils soient visibles ou non, il doit respecter les règles imposées à ses salariés.

Vous l’aurez compris, le port d’un tatouage au travail est un sujet très sérieux, notamment lorsqu’il peut porter préjudice à l’entreprise. En revanche, tous les secteurs d’activité n’ont pas le même degré de sensibilité face aux tattoos visibles de leurs salariés.

Les salariés français ont recours au “détatouage”

Vous avez fait l’erreur de vous faire tatouer un animal, un prénom ou une date de naissance que vous n’assumez plus aujourd’hui ? Heureusement pour vous, il existe depuis plusieurs années une technologie au laser permettant de vous faire “détatouer”. D’après le Docteur Marie Jourdan, spécialiste des lasers dermatologiques au centre laser international de la peau à Paris, “certains se sont fait des tatouages sans penser qu’ils allaient un jour travailler en entreprise, d’autres l’ont fait sur un coup de tête, en voyage, sans songer que c’était incompatible avec leur mode de vie”. Le port d’un tatouage dans le monde du travail peut être un frein à votre évolution de carrière. Si c’est le cas, vous avez deux solutions : soit changer d’entreprise voire d’emploi pour ne pas être victime de discrimination, soit faire disparaître les traces de votre tattoo. Mais attention, sachez que se faire détatouer coûte très cher ! Cette opération n’est pas réalisable dans les salons de tatouage, il faut prendre rendez-vous chez un dermatologue spécialisé.

Le saviez-vous ?

Un fait amusant sur l'intérim est que le terme lui-même vient du latin "interim", qui signifie "pendant ce temps". L'idée derrière l'intérim est donc de fournir une solution temporaire pendant que l'on cherche quelque chose de plus permanent. Cela reflète la nature flexible et adaptable du travail intérimaire, qui peut être une option idéale pour ceux qui cherchent des opportunités professionnelles ponctuelles ou temporaires.

Recouvrir un tatouage, une alternative très à la mode

Si vous souhaitez éviter à votre peau d’être maltraitée par des rayons laser, il existe une autre technique pour masquer un tatouage que vous n’aimez plus : le cover. Il s’agit de faire appel à un tatoueur professionnel à qui vous confier la mission délicate de recouvrir un tattoo avec un nouveau dessin. Cette tendance fait de plus en plus d’adeptes et est même mise en valeur dans une émission télévisée. Là encore, vous allez devoir mettre la main à la poche mais cet investissement peut s’avérer utile pour vie professionnelle et personnelle (pensez à votre femme qui ne supporte plus de voir le prénom de votre ex sur votre poitrine…). Alors, vous êtes plutôt tatouage assumé ou tatouage masqué au travail ?

Recrutez avec LIP
Retour en haut